De la récolte du liège jusqu'à votre fabricant de bouchons en liège en Gironde

 

Notre objectif est de vous fournir des bouchons de qualité, capable d’assurer le bon vieillissement de tous vos vins, le choix du liège comme unique matière première n’est pas le fruit du hasard.

Mais pourquoi l’utilisation du liège ? Quelles sont ses qualités ? Comment sont fabriqués ces bouchons qui conservent vos meilleures bouteilles ?

 

Le liège, un produit rare...

 

bouchons de liège
bouchons de liège
bouchons de liège

 

Le liège est l’écorce d’une variété de chêne-liège qui a la propriété de reconstituer son écorce au rythme de 1 à 10mm par an. Atteignant couramment 10 à 12 mètres de hauteur pour 1,5 à 2 mètres de circonférence, on ne le trouve que sur le pourtour du bassin méditerranéen occidental et sur la côte Atlantique, du fait de conditions climatiques spécifiques : beaucoup de lumière, relativement peu de pluie pour une humidité atmosphérique appréciable.

Les forêts de chênes-lièges, ou subéraies, représentent 2.14 millions d‘hectares à l’échelle de la planète dont 34% au Portugal, pays qui demeure le premier pays producteur de liège destiné à la fabrication de bouchons avec 50 % de la production mondiale.

 

 

Le liège en quelques chiffres

 

Un chêne-liège vit en moyenne 150 ans. Il faut attendre environ 40 ans avant de pouvoir utiliser son écorce pour fabriquer des bouchons, et chaque récolte n’a lieu ensuite que tous les 9 ans au minimum.

Au long de sa vie, un chêne-liège connaîtra donc 10 à 15 récoltes et permettra la production d’environ 20 000 bouchons… Il faut 15 kilos de liège brut pour produire, en moyenne, 1000 bouchons.

Une petite partie seulement du liège récolté est susceptible de donner des bouchons. Le reste intervient dans des secteurs très variés tels que la fabrication de chaussures, la décoration, l’ameublement et même le domaine de l'aérospatial.

 

 

Les qualités précieuses du liège

 

C’est parce qu’il est composé de millions de cellules (de l’ordre de 20 millième de millimètres chacune) remplies hermétiquement d’azote comprimé, et protégées par des membranes, que le liège est le seul produit, naturel ou de synthèse, qui soit à la fois :

  • Léger
  • Compressible
  • Elastique
  • Adhérant au verre
  • Imperméable aux liquides

En effet, le liège est très léger (par sa faible densité) et présente également une compressibilité importante associée à une forte élasticité qui lui fait épouser la forme des goulots avec une force de ressort qui le maintien fortement appuyé contre les parois du verre. Il possède une adhérence naturelle (présence de substance résineuse dans le liège) renforcée par les nombreuses cellules coupées lors du tubage du bouchon qui forment autant de ventouses microscopiques. Enfin, sa grande imperméabilité est due à la contre-pression exercée par le gaz des cellules et à la présence d’une forte proportion de substances grasses dans les membranes du liège.

Le transfert des liquides et la diffusion des gaz à travers les parois des cellules du liège sont extrêmement lents, au point qu’une épaisseur d’un seul millimètre de liège réalise une imperméabilité presque parfaite. Le bouchon de liège permet donc au fil du temps au vin de "respirer" et d’évoluer favorablement.

 

 

Le liège, un atout pour l'environnement

 

Produit 100% naturel, biodégradable et recyclable, le liège participe à la préservation de notre planète.

Les forêts de chênes-lièges constituent l'un des meilleurs exemples d'équilibre entre la préservation d'un écosystème et le développement d'activités professionnelles raisonnées. Fondamentales pour la préservation de la biodiversité, on y recense plus de cent espèces animales et végétales dont le lynx ibérique ou l'aigle impérial. Elles offrent des opportunités de développement à des régions économiquement défavorisées et jouent un rôle essentiel au niveau des processus écologiques tels que la fixation du carbone, la rétention des eaux ou la conservation du sol.

Un chêne-liège exploité capte deux fois plus de CO2 que n'importe quel autre arbre. Le liège est un puits de carbone : 1 tonne de liège absorbe 2 tonnes de CO2 et en émet 1,6 tonne. Et par comparaison, 1 tonne d’aluminium produit 12 tonnes de CO2 et n’en absorbe aucune.
L'écorce remarquable du chêne-liège est la seule capable de survivre à un incendie : la sélection naturelle a favorisé cette espèce car le liège est un excellent isolant et le feu n'atteint pas l'aubier, la partie vivante sous l'écorce. Tandis que les autres essences périssent, de nouvelles branches peuvent repousser rapidement à partir de celui-ci. Cet arbre est donc d'un grand intérêt pour lutter contre le problème récurrent des incendies estivaux.

 

 

Du liège au bouchon

 

bouchons de liège
bouchons de liège
bouchons de liège

 

L’écorçage du liège est une opération délicate qui consiste à séparer l’écorce femelle du chêne-liège. Réalisé à la main à l’aide d’une hachette, l’écorçage ne peut avoir lieu qu’entre juin et septembre, au moment de la phase active de croissance pour éviter de blesser l’arbre.
Cette opération nécessite l’emploi de personnel formé et qualifié afin de ne pas abîmer la couche régénératrice de l’arbre et assurer les récoltes futures.

On ne coupe donc pas les arbres pour en récolter l’écorce !

Une fois récoltées, les planches doivent sécher en pile à l’air libre pendant au moins six mois avant de pouvoir être bouillies. Elles connaîtront ensuite un nouveau repos d’une à deux semaines qui leur permettra d’acquérir un maximum d’épaisseur, de souplesse et d’élasticité et les rendra propres à la transformation en bouchons. Sélectionnées en fonction de leur épaisseur et de leur qualité visuelle, les planches de liège sont ensuite découpées en bandes de largeurs légèrement supérieures à la longueur des futurs bouchons puis tubées à l’emporte-pièce au plus près de la mie.

Après séchage, rectification dimensionnelle par ponçage du roule (le corps du bouchon) et rognage en bout, les bouchons sont alors prêts à être lavés aux peroxydes, seul procédé actif sur tous les micro-organismes.

Le triage, manuel et automatique, permettra de classer les bouchons obtenus en sept qualités visuelles allant de 0 pour les bouchons les plus fins à 6 pour les moins jolis.

En règle générale, les qualités de 0 à 3 seront utilisées en naturel, les qualités suivantes seront au préalable colmatées, pour renforcer leur étanchéité.

Interviennent alors les opérations de marquage (au laser, à feu ou à encre agréé pour contact alimentaire), de traitement de surface par silicone et/ou paraffinage selon les spécificités de votre vin, et le conditionnement final.
Le bouchon est enfin prêt à être utilisé !

 

 

Une seconde vie pour les bouchons de liège

 Plutôt que de jeter vos bouchons après usage, lesquels seront enfouis ou incinérés, vous pouvez les orienter vers une filière de recyclage pour leur donner une nouvelle vie. Une fois collectés, ces bouchons participeront à la fabrication de revêtements de sol, articles de décoration, pièces pour l'industrie aérospatiale et automobile, etc. N’hésitez pas à passer nous déposer vos bouchons liège à recycler !

Pour en savoir plus sur les filières de collecte existantes près de chez vous, connectez-vous sur Planète Liège !